FANDOM



« Mon peuple… mon pauvre peuple… Sa souffrance me tourmente. Affaibli par la brume, et terrorisé par le dragon des mers… Leurs cris de douleurs me submergent tel un torrent !  »

— Himiko à Amaterasu

La Reine Himiko est une aristocrate vivant dans le quartier noble de Seian et régissant la capitale.

Description Modifier

La Reine Himiko est une reine très appréciée de ses sujets, veillant sur eux comme sur ses enfants avec douceur et compassion. Grande monarque, elle est issue d'une famille de grande noblesse, le Clan Yamatai dont elle est le dernier membre. Elle est en possession d'une boule de cristal, la protégeant du mal et lui permettant de voir le futur pour protéger son peuple.

Même si elle n'apparaît pas dans OkamiDen, Himiko est souvent citée par les habitants de Seian comme une grande monarque qui trouva le mort tragiquement. La Garde Miko prit la relève pour protéger le pays et honorer la mémoire de la grande reine.

Description de l'Artwork Modifier

La Reine reste en transe dans l'espoir de recevoir une prédiction divine lui dévoilant la localisation de l'Île Oni où la forteresse des démons se tient. L'Île Oni apparaît et disparaît de façon aléatoire donc il est plutôt difficile de la trouver par des moyens ordinaires. Le trésor secret du Clan Yamatai, qui ont régné sur la Cité de Seian depuis des temps anciens est la Boule de Cristal. Elle a la capacité de montrer à celui qui la possède le futur - pas seulement le futur de la Cité de Seian, mais aussi le futur de la Reine Himiko...-

Apparence & Personnalité Modifier

Himiko est une belle jeune femme à la peau pâle et aux longs cheveux noirs et raides cascadant dans son dos. Elle dissimule parfois son visage derrière des feuilles vertes, cachant ses yeux noirs maquillés de peinture rouge. Elle porte un kimono blanc noué à la taille d'un gros ruban rouge et porte par-dessus un imposant manteau bleu au bord des manches très larges rouges qui traine au sol. Autour de ses bras elle porte un long morceau de tissu aux couleurs orangées. Autour du cou, Himiko arbore un gros collier bleu et sur sa tête une flamme brûlant constamment.

Himiko est une jeune femme sensible, possédant une grande empathie pour son peuple. Elle est connue pour sa grande douceur et sa clémence et s'avoue être une meneuse exemplaire. Elle a toujours lutté contre les forces du mal et pourrait donner sa vie pour que le bien triomphe. Himiko est très sensible au monde des kamis et est l'une des rares personne à voir en Amaterasu autre chose qu'un simple loup blanc.

Histoire Modifier

Dernier membre vivant de la famille Yamatai, la Reine Himiko a juré de protéger la cité de Seian. Aimée et décrite comme une reine à l'écoute de son peuple, l'incompréhension a frappé ses sujets lorsqu'elle a décidé de s'enfermer dans son palais le jour où la brume tourbillonnante a infesté la cité. Refusant toute visite, elle a confié la régence de la ville à Tsuzurao pour se cloîtrer dans son palais, interdisant tout visiteur d'entrer et se terrant au sommet de sa demeure dans une pièce séparée du reste par une marre de lave. Depuis le retour des forces du mal, la reine a passé ses journées à prier auprès de sa boule de cristal, cherchant un moyen de localiser l'île Oni et attendant avec impatience la venue d'Okami Amaterasu.

Le jour où Amaterasu se présenta finalement à elle après avoir déjoué les gardes et franchi la lave, la régente lui expliqua avoir vu dans sa boule que la déesse se présenterait à elle. La boule lui permettrait également de trouver la prochaine localisation de l'île et c'est pourquoi Himiko a décidé de s'isoler pour éviter que les yokaï ne découvrent son plan et viennent l'anéantir. Désespérée, la reine quémanda l'aide de la déesse : elle devait retrouver le Dragon des Mers, lui seul pouvant briser la barrière entourant l'île des démons. Acceptant la requête de la reine, cette dernière remet à la louve la clé de Kanmon l'autorisant à accéder à la Péninsule Nord de Ryoshima.

Ayant réussi à rallier le Dragon des Mers à sa cause, Amaterasu se rendit auprès de la reine. Hélas, elle ne retrouva que le corps sans vie de la régente. Tsuzurao restée dans l'ombre, pétrifiée de peur, expliqua qu'un monstre horrible s'était attaqué à la reine, brisant la barrière magique qui la protégeait. Cependant, Amaterasu comprit qu'il ne s'agissait pas de la prêtresse mais de Kyubi, le seigneur de l'île Oni qui venait d'assassiner Himiko en se servant de l'Appeau du Renard. Les deux combattirent puis le renard s'enfuit. Pensant que tout espoir était anéanti, la boule de cristal de la reine s'éveilla alors : Himiko s'était servie de la magie du renard pour pouvoir localiser son île, sacrifiant sa vie. La boule vola en éclats et l'esprit d'Himiko s'éleva vers le ciel, sa mission désormais accomplie.

Relations Modifier

Himiko est l'une des rares personnes adulte à croire encore aux kami lorsqu'Amaterasu revient sur les terres du Nippon. La reine croit énormément en la déesse jusqu'à apparaître auprès d'elle dans son combat contre Yami. Himiko semble éprouver un certain respect pour la déesse et son pouvoir.

Même si leur relation n'est que peu développée, on comprend très bien qu'Himiko et Ushiwaka sont assez proches. Lui ayant permis de fonder la garde Tao, Himiko semble avoir confiance en lui, assez pour lui confier des tâches importantes.

Himiko n'a sans doute jamais su que Tsuzurao avait été remplacée par Kyubi. Ayant confiance en la prêtresse, la reine lui avait confié la régence de Seian lorsque la brume tourbillonnante était apparue.

Origines Modifier

Himiko (卑弥呼) ou Pimiko (175-248) est une reine japonaise qui a régné de 188(date supposée) jusqu'en 248 sur la région de Yamatai. Le Yamatai serait soit situé dans la province de Yamato, soit dans le nord de Kyüshu.

Himiko était une prêtresse qui pouvait contrôler les esprits des gens grâce à ses pouvoirs surnaturels. Son jeune frère l'aidait pour les affaires politiques.

Galerie Modifier

Détails supplémentaires Modifier

  • Si Amaterasu utilise Brume Occulte durant le combat contre la troisième forme de Yami, Himiko apparaîtra au-dessus d'elle.