FANDOM


Cet article est en cours de construction, il manque des informations dans une ou plusieurs catégories, aidez-nous à l'enrichir !

Issun est un personnage de Ōkami et Ōkamiden. Personnage emblématique du jeu, il accompagne Amaterasu tout au long de ses aventures.

Description Modifier

Description de l'Artwork Modifier

Le petit fils de l'envoyé céleste actuel, qui est responsable d'enregistrer les formes des dieux et de propager la foi. C'est un poncle qui a fui son entraînement parce qu'il a perdu confiance en lui. A travers ses voyages avec Amaterasu, il retrouve sa passion pour son art et devient un honorable envoyé céleste. Il a peut-être la langue acérée mais est respectable et a un faible pour les demoiselles en détresse.

Apparence & Personnalité Modifier

Issun a deux apparences au cours du jeu. Lorsque que la caméra est à l’échelle du loup (c’est-à-dire la plupart du temps) Issun apparaît comme une boule de lumière verte sautillante (d’où son surnom de «petite puce »). L’icône de dialogue montre une silhouette noire. La couleur de la lumière vire au rouge quand il est en colère et au doré lorsque quelque chose d'intéressant attire son attention.On voit pour la première fois l’apparence d’Issun quand Amaterasu est réduite par le maillet-porte-bonheur. Il apparaît comme un jeune homme aux cheveux noirs. A ses pieds il chausse des bottes brunes. Il se vête d’une tunique violette surmontée d’une cape verte. Il porte sur sa tête un large chapeau vert en forme de noix où sont accrochées deux antennes noires.

Issun a sans doute la personnalité la plus marquante du jeu. Complètement insolent, il n'hésite jamais à faire part de ses opinions et peut se montrer extrêmement têtu et borné. Une autre facette est sa perversité. Il apprécie les belles filles que l'on peut croiser dans le jeu et leur fait d'ailleurs explicitement savoir. Toutefois, il peut se montrer sérieux quand la situation l'exige.

Habilités Modifier

Issun est capable de maîtriser au début la technique de renaissance. Il échoue toutefois quant à la restauration de constellations. Vers la fin, quand il quitte Amaterasu, il fait apparaître une fleur, signe qu’il a acquis la floraison.

Il manie l’épée Denkomaru (l’équivalent de Denjimaru pour Isshaku). Denkomaru est une lame qui sert aussi de pinceau car des poils sont attachés au fourreau. Bien que ses capacités en combat soient limitées du fait de sa petite taille, cette épée peut ouvrir la porte spirituelle. Lorsqu’on est réduit, Issun peut ouvrir les coffres enchaînés.

Enfin, quand Ama est équipée des gants du voleur, en traçant une ligne entre elle et l’ennemi, Issun lui vole divers objets.

En sa qualité d’artiste, Issun dessine les ennemis au fur et à mesure qu’on les rencontre. Ses estampes sont compilées dans le Bestiaire.

Histoire Modifier

AutrefoisModifier

Petit fils d’ Isshaku, ce dernier l’avait prit pour élève afin de former le septième Envoyé Céleste. Issun se révéla de loin le meilleur des disciples d’Isshaku mais recevait de sa part une grande sévérité tant il misait son espoir en lui. Un jour, une dispute éclata entre eux. Issun décida de quitter Ponkotan à jamais non sans avoir auparavant volé le portrait de Sakuya que son grand-père avait réalisé. Il vécut un temps à Uepekere où il fit connaissance des Oinas avant de s’installer à Kamiki. Il se proclama artiste errant et prétendait avoir dessiné lui-même le portrait de l’esprit des bois.

Okami Modifier

Quand Orochi fût libéré de sa prison, il faisait la sieste dans le kimono de Sakuya ce qui lui évita d’être changé en pierre. Il a choisi d’accompagner Amaterasu pour lui reprendre les techniques du pinceau céleste.

OkamiDen Modifier

Origines Modifier

Issun a pour origine le conte d'Issun Boushi.

Un couple de vieilles personnes vivait sans enfants. La femme désespérait d'en avoir un. Elle priait tous les jours et ajoutait qu'elle aimerait n'importe quel enfant, du-t-il être aussi petit qu'un doigt. Sa prière fut exaucée et elle accoucha d'un minuscule enfant appelé Issun-Boushi. Il rêvait d'aventures, et surtout de devenir un homme, un vrai ! L'enfant partit donc, avec une aiguille en guise d'épée et, après avoir longtemps cheminé, il arriva au palais royal. Il plût beaucoup à la princesse qui en fit son meilleur ami. Un jour qu'ils étaient partis se promener, ils croisèrent deux effrayants Onis. Le premier avala Issun mais, il ne l'avait pas tué, ce qui permit au minuscule personnage de lui percer l'estomac avec son aiguille. Il remonta son œsophage avec son épée et s'en servit comme pieu. Le monstre finit par recracher Issun. L'autre Oni se fit crever l'œil par le lutin et s'avoua ainsi vaincu lui aussi. Les monstres offrirent à Issun en guise de cadeau un maillet magique qui permettait d'exaucer n'importe quel vœu. Issun formula le vœu de devenir un homme, et son souhait fut exaucé. Il épousa la princesse, fit venir ses parents auprès de lui et devint un roi bon et sage.

Galerie Modifier

Détails suppplémentaires Modifier

  • Même si cela n’a pas été officiellement confirmé, il semblerait qu’Issun soit bel et bien le narrateur. Dans l’épilogue il dit «avoir toujours été là ». De plus on voit la maison d’Issun à Ponkotan. Devenu vieux, il aurait voulu perpétuer l’histoire de son amie Amaterasu.
  • Issun apparait dans le futur Marvel Vs capcom 3 : Fate of two worlds au côté d’Amaterasu. Cependant, son rôle n'est seulement figuratif puisqu’il ne fait que sautiller quand Amaterasu gagne un combat.
  • Yatsufusa affirme voir en Issun un vermisseau.
  • L’âge d’Issun est incertain. Il est assez paradoxal que d’un côté il affirme durant la quête d’Hayazo le voleur, que 200 ans ne représentent rien pour lui. Les korropokurrus auraient l’espérance de vie plus longue que les humains. De l’autre côté il ne vivait pas à l’époque de la première aventure d’Ama et en l’espace de 100 ans, Isshaku est passé de jeune homme en vieillard. Il y a peut-être incohérence.
  • En version française, Issun parodie plusieurs citations de chansons ou de films :
    • Il parodie la chanson "Zidane, il a tapé" après avoir vaincu Izanagi.
    • De même, face à Otsuchi, il parodie une réplique célèbre du film Le bon, la brute et le truand : "Le monde se divise en deux catégories : ceux qui ont le pistolet chargé, et ceux qui creusent. Toi, tu creuses" où il transforme "le pistolet chargé" en "le pinceau et l'encre".
    • Il parodie aussi la phrase "Par le pouvoir du crâne ancestral" (les Maîtres de l'univers) en "Par le pouvoir du maillet ancestral" (en rapport avec le maillet porte-bonheur).

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau FANDOM

Wiki au hasard